Galles des feuilles de chêne
Agent causal des galles-cerises :
Cynips quercusfolii (Linnaeus, 1758)
Agent causal de la galle striée :
Cynips longiventris (Hartig, 1840)
des hyémnoptères de la famille des
Cynipideae

  Autres cécidies ou galles
 

Cynips longiventrisCynips quercusfolii

En Bourgogne, sur la face inférieure des feuilles des chênes pédonculés de grosses galles rondes (souvent nommées "galles-noix") apparaissent parfois ça et là. Il s'agit souvent de l'œuvre d'un minuscule insecte (hyménoptère dit apocrite en raison de son abdomen court très comprimé juste après son pétiole) nommé Andricus kollari (Hartig, 1843) pondant plutôt sur des arbres jeunes.


D'autres hyménoptères, des guêpes dites gallicoles, sont à l'origine de galles-cerises, fruits de la génération agame (génération femelle de la phase asexuée) de Cynips quercusfolii (Linnaeus, 1758), que l'on peut voir en Hiver, comme ici dans l'Aube, en Champagne :

 ♀♀
Le 7 janvier 2021

Cynips est un mot bizarre, forgé par Linné dans la 10e édition de son Systema naturae publiée en 1758 pour nommer tous les insectes qui formaient des galles qu'il connaissait, notamment Cynips quercusfolii qu'il a décrit ainsi :

Cependant, avant Linné, dès 1734, Réaumur les avait observées et décrites (Cf. ses illustrations, comme celle-ci ou celle-là, parmi d'autres) dans le Tome Troisième de ses Mémoires pour servir à l'Histoire des Insectes en les nommant des mouches qui font naîtres les galles.

 ♀♀
Dans l'Aube, le 7 janvier 2021

Les femelles parthénogénétiques sorties de ces galles rondes pondront plus tard, dans des bourgeons dormants, leurs œufs qui deviendront des galles ovales rouges minuscules se couvrant vite d'un velours grisé et abritant de futurs imagos mâle et femelle.



Mais la galle ci-dessous, avec ses rayures claires :

 ♀♀
St-Georges-sur-Baulche, 6 août 2019
doit être celle d'une femelle parthénogénétique de
Cynips longiventris (Hartig, 1840),
le Cynips des galles striées des feuilles de chêne.

Sans doute uniquement présent par ci par là, ce Cynips ne semblait pas avoir été répertorié dans l'Yonne en 2019 parmi les insectes galligènes existants alors qu'il était présent sur le chêne ci-dessous.


Saint-Georges-sur-Baulche, 27 août 2019

Il s'agit d'un Hyménoptère de la famille des Cynipidae. Une seule larve, fruit d'une reproduction sexuée, est présente dans une galle et elle se transformera en une femelle parthénogénétique qui, au Printemps, pondra sur des bourgeons dormants de vieux chênes sur lesquels apparaîtront de minuscules galles velues, en forme d'œuf ou en forme de poire de ± 2 mm de long difficilement visibles, abritant chacune un couple de larves mâle et femelle qui se reproduiront à la fin de l'Été, la femelle déposant ses oeufs sur les nervures de la face inférieure des feuilles, oeufs qui deviendront des galles comme celles ici présentées.

En raison de son hétérogonie, la famille des Cynipidae a donc deux générations par an avec deux types de galles différents selon la saison et la parthénogénèse thélytoque ou la reproduction sexuée, ce qui n'est pas le cas chez Diplolepis rosae qui ne donnera naissance à aucun mâle.

Mise à jour : mai 2022   2005 à 2022  fleursauvageyonne