Fragon, petit houx, buis pointu
Ruscus aculeatus L., 1753
Sous-famille des Nolinoideae
Famille des Asparagaceae

Ordre des Asparagales
Petrosaviidae / Liliopsida (Monocots) / Mesangiospermae

   Pour en savoir plus
  


18 avril 2010

RUSCUS aculeatus L.
Fragon, petit houx, buis pointu

Dans l'Yonne

  • Arbrisseau assez rare.
  • Période de floraison approximative :
    Mars-Avril et très certainement d'autres mois d'Automne et d'Hiver.
  • Habitat : Bois, rocailles acides ou décalcifiées, à exposition chaude et abritée.
  • Tailles : 30 à 80 cm   2 à 2,5 mm et 5 mm une fois épanouies comme cette fleur femelle.
     7 à 8 mm.

Origine supposée des noms

  • générique : du latin ruscus, buisson.
  • spécifique : aculeatus, épineux, muni d'un aiguillon.

Détails caractéristiques

  • C'est un arbrisseau dioïque aux rhizomes traçants et très rameux qui sont pérennes contrairement au reste de la plante.
  • Son mode de reproduction semble être surtout végétatif car sa pollinisation par le vent est peu probable, de même que celle des insectes très rares à lui rendre visite.
  • Ses jeunes pousses peuvent être mangées par certains animaux mais pas la plante elle-même qui pousse lentement et dure longtemps.
  • Ses tiges sont photosynthétiques de même que ses cladodes, ovales, terminés par une épine et qui poussent à l'aisselle de minuscules feuilles caduques qui, elles, ont la taille d'une écaille.
  • C'est au niveau de certains cladodes seulement (une irrégularité a étonné les botanistes du XIXe et du début du XXe siècles) que se développent ses très petites fleurs.
    • mâles à 3 étamines aux filets soudés


    Saint-Moré, début avril 2010

    • femelles avec un pistil à style très court surmonté d'un stigmate globuleux et donnant des baies de couleur rouge vif de 7 à 8 mm, contenant 6 graines dans 3 loges

  • Les botanistes considèrent désormais que les cladodes sont des organes intermédiaires entre tiges et feuilles, conformément aux conceptions d'une "morphologie diffuse" (dite également "floue") définie, dès 1995, par Rolf Rutishauser.
    • Ils sont persistants pendant un à deux ans mais ne conservant que leurs nervures.


    Oullins (Rhône - Grand Lyon), 26 février 2023

  • Ses baies, persistantes, de couleur rouge vif qui contiennent des graines blanches peuvent s'avérer légèrement toxiques pour les humains. Mais sans toxicité connue pour les animaux (gros oiseaux) supposés à l'origine de sa dissémination endozoochore.
  • Son rhizome et ses racines font, eux, partie de la pharmacopée traditionnelle car ils contiennent des ruscogénines aux propriétés vaso-constrictives. Mais, comme toujours, le dosage est important et ses sapogénines peuvent s'avérer irritantes, causant éventuellement vomissements et diarrhées.
  • Dans les temps anciens, la plante entière était utilisée pour éloigner les rats de la viande et d'autres aliments.

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre