Molina
Juan Ignacio MOLINA (1740-1829)

Considéré comme le premier naturaliste chilien à avoir tenu compte des principes philosophiques de Linné en abordant la taxonomie, il dut quitter le Chili en 1768 en raison de l'expulsion de la Société de Jésus de tous les territoires sous la souveraineté de Charles III d'Espagne car il était jésuite.
Après avoir séjourné à Cadix, Florence et Pise, il s'installa définitivement à Bologne en 1773.
Connu sous le nom de père Molina, c'est en italien qu'il publia, en 1782, Saggio sulla Storia Naturale del Chili, un essai sur l'Histoire Naturelle du Chili dans lequel la botanique n'a que la seule et unique illustration que vous voyez ci-dessus et qui représente :

- un palmier dit cocotier du Chili, Jubea chilensis (Molina) Baill., 1895,

- le culén, Cullen americanum (L.) Rydb., 1919 ; anciennement connu sous le nom de Psoralea americana L. d'où son nom français Psoralée d'Amérique, et

- le pehuén que Molina nommait Pinus araucana.

Au XIXe siècle, au moment de son acclimatation en Angleterre, il avait été surnommé Monkey Puzzle tree, le casse-tête des singes ("it would puzzle a monkey to climb that") alors qu'il n'y a pas de singes au Chili. Les Français avait traduit ce surnom par "désespoir des singes".
Anciennement nommé en France Dombeya chilensis (Mirb.) Lam., 1786, et ailleurs, entre autres, Araucaria imbricata Pavón, 1797, cet arbre est désormais connu comme :

Araucaria araucana (Molina) K.Koch., 1873.
C'est une espèce dioïque.
au port dit verticillé, ses branches étant
disposées en cercle autour de son tronc et s'étageant les unes au-dessus des autres.

Sens, Parc du Moulin à tan, 9 mars 2014

Dijon, Jardin botanique de l'Arquebuse, octobre 2012

Domaine départemental de La Vallée aux loups dans les Hauts-de-Seine, 3 juin 2020

Araucaria araucana (Molina) K.Koch., 1873
Famille des Araucariaceae
Ordre des Pinales pour certains ou des Araucariales pour d'autres.


Mise à jour : mai 2022
  2005 à 2022  fleursauvageyonne