Lathrée écailleuse, clandestine écailleuse
Lathraea squamaria L., 1753
Famille des Orobanchaceae

Ordre des Lamiales
Lamiids / Asterids / Pentapetalae / Eudicotyledons

   Pour en savoir plus Autres Orobanchaceae   
  


Autres photos de
Sortie AIB Courson-Festigny, 11 avril 2010

LATHRAEA squamaria
Lathrée écailleuse, clandestine écailleuse
L.

Dans l'Yonne

  • Très rare.
  • Mode de vie : vivace.
  • Période de floraison : Mars-Avril-Mai.
  • Habitats : Sur racines de différents arbres des sols calcaires.
  • Tailles : 10 à 30 cm.

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : du grec λαθραίος (lathraios), caché, furtif. Allusion à sa souche souterraine
  • spécifique : adjectif formé avec le mot squama, -ae, écaille, pellicule, et le suffixe -arius, qui concerne.

Détails caractéristiques

  • Ses tiges blanchâtres ou rosées.
  • Ses fleurs supérieures en casque, trilobées à l’intérieur.
  • Son calice velu.
  • Les petites corolles de 12-25 mm de ses fleurs de couleur rose disposées en grappes unilatérales dégagent une odeur particulière.
  • Citée dans l’Yonne par Poinsot et Bugnon, cette plante sans chlorophylle dépend entièrement de plantes-hôtes pour les éléments nutritifs dont elle a besoin. Ses semences émettent après la germination une pousse à l'aspect de racine qui se fixe sur les racines de la plante-hôte la plus proche, et dès lors elle reçoit l'eau et les éléments nutritifs de la plante hôte qui peut être souvent un aulne ou un noisetier. Mais ce parasitisme est bref et ne nuit en rien aux arbres.

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • LATHRAEA : 1.
    car L. clandestina antérieurement très rare semble avoir totalement disparu de l'Yonne depuis la fin du XIXe siècle.

Mise à jour : avril 2022   2005 à 2022  fleursauvageyonne