Les ronces

Jussy, 17 juin 2011

 Michel Fugain - Les ronciers

Arbrisseaux à aiguillons (roncier)
Genre Rubus
Sous-famille incertae sedis des Rosoideae
Famille des Rosaceae




Jussy, 17 juin 2011

Vous aimez et connaissez
les ronces ?

Ronces, Automne 2018
Photo © Claire Martin-Lucy


En voici deux espèces :

Rubus caesius L.
Ronce bleuâtre, mûre aux chats
Rubus canescens DC.
Ronce blanchâtre

Des espèces connues de ce papillon de jour :



Photo © Daniel Bourget
Le Nacré de la ronce, Brenthis daphne (Denis & Schiffermuller, 1775)
de la famille des Nymphalidae Rafinesque, 1815, dont les chenilles se nourrissent de ronces comme celles de ce papillon de nuit.

Les ronces représentent un bel exemple de réussite végétale selon le Conservatoire d’espaces naturels de Bourgogne et la Société d’histoire naturelle d’Autun.
Les ronciers sont les "berceaux" des chênes selon les forestiers lorrains et la ronce la "mère" du hêtre selon les forestiers normands.

Un livre de Y. Ferrez & J.-M. Royer paru en 2021


Il en existerait 67 espèces dans l'Yonne !
Mais beaucoup d'entre elles ne sont-elles que des formes comme le suggérait déjà l'abbé Boulay au XIXe siècle ?
Jusqu'à maintenant, n'étant pas batologues (spécialistes de la batologie), nous n'en avons donc identifiées que deux : Rubus caesius et Rubus canescens.

Quels noms d'espèces attribuer, avec certitude, à celles-ci
dont les fruits, des polydrupes, ne sont encore qu'en formation ?



Vermenton, Bois de la Corne, 21 juin 2011

Ou à celle-la ?

La Roche aux Poulets, 24 août 2014

Parmi les 65 noms d'espèces possibles restant que voici : Rubus adornatus, adspersus, albiflorus, alterniflorus, bifrons, bracteatus, cardiophyllus, chloocladus, colemannii, cuspidifer, divaricatus, egregius, foliosus, fruticosus, fuscater, fuscus, geniculatus, glandulosus, godronii, gracilis, gratiosus, gratus, gremlii, hebecaulis, hirtus, idaeus, insericatus, koehleri, lasiothyrsus, lindleianus, macrophyllus, mercieri, montanus, mucronulatus, muelleri, myricae, nemorensis, nemorosus, nessensis, omalus, pallidus, pilocarpus, podophyllos, pruinosus, pyramidalis, questieri, radula, rhamnifolius, rhombifolius, rivularis, rosaceus, rudis, saxatilis, scaber, schlechtendalii, schleicheri, schmidelyanus, scissus, silvaticus, sprengelii, sulcatus, tereticaulis, ulmifolius, vestitus, vigorosus... lequel choisir ? Et celle-là, comment se nomme-t-elle ?



Courlon-sur-Yonne, 7 juillet 2023

Toutes les ronces ont des tiges recouvertes d'aiguillons qui valent la peine d'être observées de près (car certaines sont homolacanthes), de même que les deux faces de leurs feuilles.

La Roches aux Poulets, 24 août 2014

Elles ont des primocannes*, sans fleurs.



Jussy, 17 juin 2011

Ces primocannes, plus souvent nommées turions en France (un mot provenant du latin turio,-onis qui signifiait jeune pousse, tendron, rejeton), pourraient être un passe-temps formateur pour les botanistes en herbe qui les rencontrereraient car ils observereient s'ils sont :
  • arrondis ou anguleux,
  • à faces planes ou concaves,
  • avec des aiguillons plus ou moins nombreux, plus ou moins égaux entre eux, droits ou crochus, faibles ou vulnérants,
  • avec des poils simples, étoilés, ou en faisceaux, présentant ou non des glandes stipitées.
Nous voyons des tiges porteuses de floricannes *, ces floricannes qui n'apparaissent que la deuxième année :



Racine issue du marcottage
C'est par le marcottage progressif de ses tiges affleurant le sol que le roncier se meut horizontalement pour développer de nouvelles racines et ainsi progresser dans la direction nécessaire à sa survie.

* Primocanne et floricanne sont des termes qui ont été forgés par Liberty Hyde BAILEY (1858-1954), un botaniste, horticulteur et paysagiste américain, ayant approfondi l'étude de la systématique et de la nomenclature des Rubus.

Finalement, peut-on se poser la question que se posait Lucien Baillaud (1926-2018) : les innombrables espèces de ronces, pas toujours discontinues, décrites par des systématiciens méticuleux qui y voient parfois des espèces en cours de diversification, sont-elles, au mieux, autre chose que des clones ?

La Ratissée,
Habrosyne pyritoides (Hufnagel, 1766)
de la famille des Drepanidae Boiduval, 1828

Photo © Daniel Bourget
Les chenilles de ce papillon de nuit se nourriraient principalement de ronces. Ont-elles une préférence pour l'une ou l'autre des 67 espèces supposées de l'Yonne ?


Jussy, 17 juin 2011
 Le Jardin d'Emerveille - La ronce