Muscari à toupet, muscari chevelu
Leopoldia comosa (L.) Parl., 1847
Sous-famille des Scilloideae
Famille des Asparagaceae

Ordre des Asparagales
Petrosaviidae / Liliopsida (Monocots) / Mesangiospermae

   Pour en savoir plus
  


Lucy-sur-Cure, 20 mai 2023


Lucy-sur-Cure, 5 mai 2019

LEOPOLDIA comosa (L.) Parl.
Muscari à toupet, muscari chevelu

Dans l'Yonne

  • Commun.
  • Mode de vie : vivace.
  • Période de floraison approximative :
    Mai-Juin-Juillet
  • Habitat : Friches, cultures, le long des voies ferrées et des chemins clairs.
  • Tailles : 20 à 50 cm
     fertile : 5 à 9,5 mm et stérile : 6 à 25 mm

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : Leopoldia est un nom de genre ayant eu une histoire un peu compliquée, commencée en 1819 avec William Herbert (1778-1847), passionné par les Amaryllidaceae, qui utilisa le nom de genre Leopoldia à titre provisoire, ce que les botanistes nomment nomen provisorium, pour un genre de plante néotropical (donc propre à la région biogéographique englobant le sud du Mexique et l'Amérique du Sud) qu'il nomma par la suite Hippeastrum.

    Le nom Leopoldia aurait été initialement dédié au mari bien-aimé et malheureux de la princesse Charlotte de Galles (1796-1817), un prince allemand devenu le roi des Belges Léopold Ier (1790-1865).

    C'est en 1845 que Filippo Parlatore (1816-1877) propose ce nom qu'il aurait lui dédié à un grand duc de Toscane, Léopold II, nom devenu depuis nomen conservandum, pour un groupe d'espèces qu'il avait séparé du genre Muscari.
  • spécifique : comosa, adjectif latin signifiant chevelue.

Synonymie récente

  • Muscari comosum (L.) Mill., 1768
    Son nom de genre, du grec μόσχος (moschos) et du latin muscus, musc, n'était d'ailleurs pas justifié puisque cette plante ne dégage pas d'odeur particulière, du moins selon certains, car d'autres lui trouvent une odeur musquée.
  • Le nom Leopoldia comosa ne semble pas faire encore l'unanimité en 2023 !

Détails caractéristiques

  • C'est une plante dont les bulbes, comestibles, sont cuisinés par certains Italiens sous le nom de lampascioni d'où, au printemps, de grandes quantités de cette plante qui sont commercialisées chaque semaine dans les souks (marchés hebdomadaires) marocains pour une exportation principalement vers l’Italie.
  • Ses longues feuilles sont linéaires, de 5 à 15 mm de large.
  • La houpe terminale de ses fleurs stériles, qui sont de couleur violette et sur pédicelles de 6 à 25 mm, attire les insectes pollinisateurs.


15 mai 2011
Vue de dessus

26 mai 2016

  • Ses fleurs fertiles en tubes brunâtres sur pédicelles de 4 à 10 mm (ci-dessous en coupe) peuvent s'auto-polliniser lorsqu'elles sont mal visitées par les insectes ou être sujettes à la gitonogamie, ce que limiterait cependant la présence de ses fleurs stériles selon certains chercheurs en permettant l'attirance vers moins de fleurs fertiles ouvertes sur un même pied. Elles sont riches d'un nectar inodore mais très sirupeux que butinent longuement les abeilles et plus goulument mais plus rapidement les bourdons.


26 mai 2016

Classification

  • C'est la classification APG I qui l'a fait sortir de la famille des Liliaceae pour celle des Hyacinthaceae, mais finalement l'APG III l'a classée dans les Asparagaceae.

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • LEOPOLDIA : 1.


Paroy-en-Othe, 10 mai 2018 - Photos © Daniel Bourget