Consoude officinale,
grande consoude,
herbe à la coupure
Symphytum officinale L., 1753
Famille des Boraginaceae

Ordre des Boraginales
Lamiids / Asterids / Pentapetalae / Eudicotyledons

Pour en savoir plus

SYMPHYTUM officinale L.
Consoude officinale, grande consoude, herbe à la coupure

Dans l'Yonne

  • Commun.
  • Mode de vie : vivace par son rhizome.
  • Période de floraison : Mai-Juin-Juillet-Août et plus tardivement désormais.
  • Habitat : Lieux humides, fossés, bord des eaux.
  • Tailles : 30 à 90 cm   ± 20 mm.

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : Dioscoride et Pline employaient déjà ce nom sous la forme grecque σύμφυτον (latinisée en symphyton).

    La forme Symphytum est employée par Linné, lecteur de Bauhin et de Tournefort qui avait illustré le Symphytum orientale de Linné dans son ouvrage Relation d'un voyage du Levant fait par ordre du roy publié en 1717.
  • spécifique : ayant des propriétés médicinales (notamment grâce à son rhizome).
  • Le nom français Consoude vient lui du latin consolidare qui veut dire fortifier, affermir.

Détails caractéristiques

  • Son rhizome mucilagineux de couleur noire contenant des alcaloïdes pyrrolizidiniques.
  • Ses feuilles ont des poils rèches.
  • Ses tiges sont ailées.
  • Ses fleurs peuvent être jaune-blanc, pourpres ou rose-violet. Leurs inflorescence est en cyme scorpioïde.
  • Elles ont un calice à 5 sépales velus, une corolle à 5 pétales soudés dont seule l'extrémité est libre et munie d'une dent réfléchie, aussi bien dans l'Yonne qu'ailleurs, comme ci-dessous dans l'Aube.

  • Seul le style est visible car les 5 étamines sont dissimulées.

  • Les étamines sont dissimulées par les fornices de la gorge de la corolle.
    Souvent nommés "écailles lancéolées conniventes" ou "écailles voûtées", elles sont visibles ci-dessous.

  • Cette déhiscence permet aux bourdons, sans même toucher les anthères, d'en extraire le pollen par des vibrations au niveau des dents de la corolle, ce que l'on nomme sonication ou pollinisation vibratile (une technique désormais pratiquée par les jardiniers et horticulteurs !).
    C'est donc la raison pour laquelle les bourdons bourdonnent sur les fleurs de consoude.
    Pouvons-nous supposer qu'ils soient attirés par d'éventuelles fragrances émises par les trichomes glanduleux des fornices ou quelques possibles osmophores de la corolle ?
    Ces bourdons percent également des trous à la base des corolles, ce qui permet aux abeilles d'en atteindre également le nectar.
  • La Consoude officinale est un excellent engrais naturel et vous pourriez en cultiver une variété dans votre jardin.
  • La confondre avec une digitale semble difficilement imaginable, mais l'ANSES signale des cas possibles de confusion en été !

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • SYMPHYTUM :
    + 1 hybride
    : Symphytum x uplandicum Nyman, 1855,
    hybride de S. officinale et de S. asperum.

Mise à jour : avril 2022   2005 à 2022  fleursauvageyonne