Cerisier de Ste Lucie,
bois de Ste Lucie
Prunus mahaleb L., 1753
tribu des Amygdaleae, sous-famille des Amygdaloideae
Famille des Rosaceae

Ordre des Rosales
Fabids / Rosids / Pentapetalae / Eudicotyledons

   Pour en savoir plus
  

Tige fleurie, 21 avril 2015


PRUNUS mahaleb L.
Cerisier de Ste Lucie, bois de Ste Lucie

Dans l'Yonne

  • Arbuste commun.
  • Période de floraison : Avril-Mai.
  • Habitat : Haies, broussailles, bois, sur sol calcaire.
  • Tailles :

    1 à 4 mètres. Parfois davantage.
Fleur de 10 à 15 mm

Auxerre, Coulée Verte - Sortie AIB du 15 avril 2018

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : prunus était le nom latin du prunier, dérivé du grec proumnon.
  • spécifique : mahaleb, mot emprunté à l'arabe mahlab محلب ayant donné en France, du temps de Rabelais, le mot maguelet ou magaleb.
    A l'époque ses noyaux étaient vendus «ès drogueurs qui font l’huile de maguelet», une huile qui servait à parfumer.
  • Le nom français, bois de Ste Lucie, provient d'une légende lorraine attribuant à la quenouille d'une sainte dévote portant ce prénom l’origine de ce bois. Cette quenouille plantée en terre par la sainte femme aurait porté des tiges verdoyantes et des fleurs blanches et autour d’elle auraient jailli de nombreuses pousses... dont le bois rouge doré au grain fin servira à la la réalisation de crucifix, de bénitiers, de statuettes, mais aussi d’objets de toilette, d’accessoires d’une infinie variété, obéissant aux caprices de la mode et à l'imagination des ornemantistes sur bois lorrains.

Détails caractéristiques


Juin 2014

  • Les fourmis sont attirées par le liquide secrété à la base des limbes de ses feuilles.
  • Ses drupes sont des "cerises" noires, tellement amères qu'elles sont inmangeables, de 7 mm

  • Au XVIIIe siècle on nommait ces drupes : mahalebs à Paris, canots ou quenots en Bourgogne (où on les faisait macérer dans du vin rouge avec adjonction d’alcool et de sucre) et canouts à Orléans.
    Leurs amandes, utilisées depuis des siècles en Orient trouvent un regain d'intérêt en cuisine car, pulvérisées elles donnent :
    une épice aromatique à la saveur douce amère.
  • Ce cerisier de Ste Lucie (Prunus mahaleb) fut le plus utilisé des porte-greffes pour les cerisiers (ces arbres de la tribu nommée Amygdalae), nombreux après la crise du phylloxéra, notamment grâce à une pollinisation croisée s'étant produite dans l'Yonne à La Cour Barrée, vers 1900, sur les terres d'un vigneron ruiné surnommé le Père Marmotte.

  

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

Mise à jour : avril 2022   2005 à 2022  fleursauvageyonne