Épipactis de Müller
Epipactis muelleri Godfery, 1921
Tribu des Neottieae - sous-famille des Epidendroideae
Famille des Orchidaceae

Ordre des Asparagales
Petrosaviidae / Liliopsida (Monocots) / Mesangiospermae

Pour en savoir plus Autres Orchidacées 

EPIPACTIS muelleri Godfery
Épipactis de Müller

Dans l'Yonne

  • Espèce peu commune, pouvant être localement abondante.
  • Mode de vie : vivace.
  • Période de floraison : Juin-Juillet
  • Habitats variables : Sur sol calcaire plantations claires de hêtres et de charmes, broussailles dans le Chablisien. Sur terrain crayeux pauvre, garennes à genévriers, friches, lisière de bois de pins maigres à Michery.
  • Taille : 10 à 15 cm
  • Labelle de 12 à 15 mm.
  • Feuilles de 5 à 17 cms x 2,5 à 10 cm.

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : nom de plante latinisé par Pline l'Ancien, du grec επιπακτις (epipactis), nom de plante employé par Dioscoride qui correspondarait à celui de l'hellébore, varaire ou vérine car ses feuilles ressemblent à celles du varaire ou de la vérine, c'est-à-dire de l'hellébore blanc (Veratrum album).
  • spécifique : orchidacée dédiée au botaniste Ferdinand von Müller (1825-1896).

Détails caractéristiques

  • Son rhizome.
  • Ses feuilles alternes sont étroites

    et à bien prendre en compte pour ne pas la confondre avec E. helleborine qui a des feuilles plus larges et qui fleurit plus longtemps.
  • Ses fleurs sont très peu ouvertes et pendent comme des cloches en une inflorescence en grappe.
  • Le labelle des fleurs possède un hypochile brun rougeâtre et un épichile triangulaire plus large que long à pointe rabattue.

  • C'est une espèce autogame, car sans rétinacle ni clinandre ses pollinies pulvérulentes tombent directement sur le stigmate de ses fleurs dont les ovaires sont pendants, avec un pédicelle torsadé.

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

Mise à jour : avril 2022   2005 à 2023  fleursauvageyonne