Giroflée des murailles,
violier jaune
Erysimum cheiri (L.) Crantz, 1769
Famille des Brassicaceae (Cruciferae)

Ordre des Brassicales
Malvids / Rosids / Pentapetalae / Eudicotyledons

Pour en savoir plus


Photo © Jean-Pierre AUDARD

ERYSIMUM cheiri (L.) Crantz
Giroflée des murailles, violier jaune

Dans l'Yonne

  • Assez rare.
  • Mode de vie : bisannuel.
  • Période de floraison : Mai-Juin-Juillet-Août.
  • Habitat : Murs, rochers, rocaille.
  • Tailles : 30 à 80 cm   15 à 25 mm.

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : nom grec ancien, ἐρύσιμον (erúsimon), cité dans le Livre 18-XXII de l'Histoire Naturelle de Pline et que Linné avait latinisé pour l'un des genres de la XVe classe, Tétradynamie siliqueuse, de son Systema naturae.
  • spécifique : adjectif latinisé, emprunté à l'arabe خيرى, bienfaisant, que Linné avait même utilisé sous la forme Cheiranthus (fleur bienfaisante), nom de genre qu'il avait attribué initialement à cet Erysimum, en raison de ses propriétés médicinales.


Photo © Jean-Pierre AUDARD

Détails caractéristiques

  • Ses feuilles sont lancéolées, aiguës, entières.
  • Ses fleurs très odorantes évoquent pour certains le clou de girofle, d'où son nom de giroflée, ou la violette à l'origine de son nom de violier jaune.
  • Ses siliques dressées, tétragones et comprimées.


Photo © Jean-Pierre AUDARD

  • D'abord vertes, ces siliques deviennent blanchâtres et leurs deux valves stériles se détacheront laissant les graines fixées au cadre central par leurs placentas avant d'être emportées par le vent.


Photo © Jean-Pierre AUDARD

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • ERYSIMUM : 3.

Mise à jour : avril 2022   2005 à 2022  fleursauvageyonne