Cardère sauvage,
chardon à foulon,
cabaret des oiseaux
Dipsacus fullonum L., 1753
Famille des Caprifoliaceae
Sous-famille des Dipsacoideae
Clade des Euastéridées II / Campanulidées
Ordre des Dipsacales

   Pour en savoir plus
  


Mailly-le-Château, 23 août 2017


Saint-Moré, 26 juillet 2010

DIPSACUS fullonum L.
Cardère sauvage, chardon à foulon, cabaret des oiseaux

Dans l'Yonne

  • Très commun.
  • Mode de vie : bisannuel.
  • Période de floraison : Juillet-Août-Septembre.
  • Habitat : Friches, chemins, haies.
  • Tailles : 50 à 200 cm   8 à 10 mm.

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : du grec διψαο (dipsaô), la soif : ses feuilles, soudées en godet, et que les botanistes qualifient de connées, retiennent l'eau... d'où son nom vernaculaire de cabaret des oiseaux.

Alors qu'elle était connue sous le nom de Dipsacus sylvestris Mill., le botaniste bourguignon Charles Royer (1831-1883) avait écrit une note sur l'eau de ses feuilles citée en 1923 par Robert Miller CHRISTY (1861-1928) qui écrit également qu'en France les paysans considéraient que cette eau formait "une fontaine de Vénus" ayant certaines propriétés curatives.
Le texte de R.M. Christy est suprenant car il conclut que cette plante pourrait être, grâce à cette eau, carnivore ou, comme l'on dit actuellement, protocarnivore.

  • spécifique : du latin fullo, foulon, dégraisseur de laine qui devait ensuite la carder. Les têtes épineuses de cette plante évoquent la brosse qui servait à cette dernière opération mais elles étaient en fait elles-mêmes utilisées, une fois séchées, pour la finition des tissus ou des draps de laine qui, soumis au "grattage" de plusieurs chardons, avaient ainsi une surface "poilue ou velue" les rendant imperméables : pensez au loden tyrolien ou aux bérets landais.
    Cependant, comme vous le découvrirez en lisant les n° 61 et 62 de La Hulotte, c'est la "cardère des villes" qui était le plus souvent utilisée pour ce faire.

Détails caractéristiques

  • Ses fleurs sont groupées en cymes capituliformes ovoïdes pouvant atteindre de 5 à 9 cm de haut avec une largeur de ± 4 cm et portant plus d'un millier de fleurs d'une vie très brève.
  • La floraison commence par la cyme la plus haute qui elle même commence à fleurir par son centre, mais il ne faut pas oublier les cymes se trouvant plus bas qui commencent à fleurir avant que la précitée soit fanée... mais que l'on a tendance à oublier car elles sont vite cachées par la végétation environnante.

Bazarnes, 1er juillet 2018 - Fleurs sauvages le long de la D439
Dipasacus fullonum caché, entre autres, par
Filipendula ulmaria et Convolvulus sepium

  • Cette floraison est bidirectionnelle : après la floraison des fleurs du milieu de la cyme, ce sont les fleurs du haut et du bas qui fleurissent à leur tour.
  • Sa pollinisation est entomogame (papillons à longue trompe ou abeilles et bourdons à "langue à rallonge") car ses fleurs produisent un nectar.

Cyme capituliforme sèche

Auxerre - Ile de l'AJA, septembre 2012

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • DIPSACUS : 4  
    dont le très rare Dipsacus laciniatus, la cardère à feuilles laciniées.

Mise à jour : octobre 2021   2005 à 2021  fleursauvageyonne