Benoîte des villes, herbe de St Benoît,
herbe à la fièvre
Geum urbanum L., 1753
Famille des Rosaceae,
sous-famille des Rosoideae

Clade des Eurosidées I
Ordre des Rosales
   Pour en savoir plus
  
    
GEUM urbanum L.
Benoîte des villes, herbe de St Benoît, herbe à la fièvre


Dans l'Yonne

  • Commune.
  • Mode de vie : vivace.
  • Période de floraison : Juin-Juillet-Août.
  • Habitat : Haies, bords des chemins, à l'ombre.
  • Tailles : 20 à 60 cm   16 mm.

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : nom de plante déjà employé par Pline le Naturaliste, sans que l'on sache s'il parlait du même genre de plante en écrivant dans son Livre XXVI, chapitre XXI : Le geum a de petites racines menues, noires, et de bonne odeur : non seulement il guérit les douleurs de poitrine et de côté, mais encore il dissipe les crudités, en raison de sa saveur agréable, ce que certains considèrent comme une allusion à l'odeur de clou de girofle qu'exhalent les racines de cette benoîte qui, desséchées, étaient d'ailleurs autrefois utilisées pour remplacer les clous de girofle. Leur usage est actuellement à la mode pour parfumer certains mets.
  • spécifique : urbanus,-a,-um est une adjectif qui en qualifiant une plante signifiait généralement cultivée, bien soignée. Mais en l'occurrence ce n'est certainement plus le cas.

Détails caractéristiques

  • Sa corolle qui laisse apparaître les sépales.
  • La forme de ses feuilles à trois folioles présentant deux grandes stipules foliacées.
  • Son fruit multiple est un polyakène semblant chevelu.
  • Une de ses graines
    Photo © J.-M. Cavanihac

    ici à droite  

    Comme celles que vous voyez plus haut, elle a la particularité d'avoir des poils qui lui sont bien utiles.

    Ils lui permettent en effet d'être épizoochore, c'est-à-dire de se disperser par transport sur le plumage ou le pelage des animaux, ou sur les fibres textiles de vos vêtements.

    Le grossissement (à l'écran) est d'environ 25 fois.

    L'image est prise selon la technique du fond noir (éclairage en lumière périphérique de l'objet) qui permet de mieux voir la texture, avec un montage en milieu liquide (gélatine glycérinée).

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • GEUM : 1.
  • En Bourgogne, dans l'Autunois, on trouve également, du même genre mais d'une autre couleur, Geum rivale L., la Benoîte des ruisseaux.

Mise à jour : octobre 2021   2005 à 2021   fleursauvageyonne