Cécidies ou galles

Causées par :

Cynips longiventris (Hartig, 1840)
le Cynips des galles striées du chêne.
Cynips quercusfolii (Linnaeus, 1758)
le Cynips des galles-cerises du chêne.
Diplolepis rosae (Linnaeus, 1758)
le Cynips du rosier, provoquant une galle nommée bédéguar.
Liposthenes glechomae (Linnaeus, 1758),
provoquant une galle du lierre terrestre
Eriosoma lanuginosum (Hartig, 1839)
le puceron lanigère du pommier, un Hémiptère

Les galles végétales ou cécidies sont des formations "fascinantes" car, entre autres raisons, chacune des espèces conduisant à leur formation produit une structure anatomique morphologiquement spécifique et souvent très complexe pouvant ressembler à des fruits secs ou charnus, à un amas de filaments poilus ou à d'autres choses encore que l'on qualifie de morphoses.

Cité par C. Souchon, un médecin, botaniste et sinologue allemand, Chrétien Mentzel (1622-1701) affirmait, en 1665, qu'un bédéguar est un "petit édifice dans lequel est engendré une espèce de guêpe".
En 1675, Malpighi (1628-1694) écrivait déjà, en latin, dans son Anatome plantarum :

[...] que les galles ne sont qu’une espèce de nid pour l’œuf ou le ver, lequel vient toujours d’un parent-animal, jamais d’une plante.[...]

Réaumur (1683-1757) a même regretté de ne pouvoir faire certaines observations de Malpighi, lui qui a été un des premiers à effectuer une véritable étude à leur sujet dans ses Mémoires pour servir à l'étude des insectes publiés de 1734 à 1742.

En France, 1500 galles différentes ont déjà été répertoriées.

Selon les organismes qui les provoquent, on distingue :

  • bactériocécidies dues à des bactéries,
  • mycocécidies dues à des champignons,
  • algocécidies dues à des algues,
  • zoocécidies dues à des piqûres et à des pontes de femelles d'insectes dits "gallicoles", pour le plus grand bénéfice de leurs larves.

Ces insectes gallicoles, des Hyménoptères, des Hémiptères ou autres, qui sont la cause des galles, provoquent une réaction du tissu végétal qui se met à proliférer très vite en modifiant la taille et le nombre de ses cellules et en formant une excroissance dont la forme et la couleur permettent d'en identifier le responsable.

D'autres commensaux ou parasites peuvent occuper également certaines de ces cavités larvaires.

Tous les organes végétaux peuvent être atteints mais ce sont le plus souvent les feuilles, les tiges et les bourgeons qui le sont.

Dans l'Yonne, les chênes avec leurs noix de galle, les épicéas communs avec leurs galles en "ananas" nommées chermès de l’épicéa dues à un puceron (Sacchiphantes viridis), les ormes, et les rosiers des chiens avec leurs bédéguars vous permettront de les découvrir.



Pour en savoir plus :


Mise à jour : novembre 2021
  2005 à 2021  fleursauvageyonne