et Menu de Fleurs sauvages de l'Yonne    

Lierre terrestre, herbe de la Saint-Jean
Glechoma hederacea L., 1753
Famille des Lamiaceae (Labiatae nom. cons.),
sous-famille des Nepetoideae

Euasterid I - Lamiales
Pour en savoir plus


Compigny, 13 avril 2011

GLECHOMA hederacea L.
Lierre terrestre, herbe de la Saint-Jean

Dans l'Yonne

  • Très commun
  • Cycle de vie : vivace
  • Période de floraison : Avril-Mai
  • Habitat : Bois frais, taillis, jardins abandonnés, sur sols azotés.
  • Tailles : 10 à 30 cm   ± 12 mm de long sur 6 mm de large

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : son étymologie est incertaine car
    • ce peut-être une mauvaise transcription d'un mot grec :
      .
    • ou bien comme le dit Coste, du grec γλυκός (glyucos), doux, agréable.

  • spécifique : hederacea, adjectif latin signifiant "de lierre".

Détails caractéristiques

  • Ses tiges rampantes, sans fleurs et donc stériles, dont les feuilles (en forme de rein et crenelées à leur contour) ont été remarquées par Linné dans son Species plantarum.



  • Ses fleurs qui elles se trouvent sur des tiges dressées et que l'on découvre encore mieux en les regardant avec d'autres yeux.
  • La senteur agréable que dégage cette petite plante gazonnante quand on marche dessus : sans la regarder on devine sur quoi l'on marche, mais en froissant ses feuilles l'impression est autre et l'odeur restant sur les doigts est plutôt désagréable.
  • Il peut présenter une galle particulière, due à Liposthenes glechomae sur toutes ses parties aériennes.


Lucy-sur-Cure, juin 2019

Traditionnellement

  • Le lierre terrestre avait un usage médical, en décoction ou infusion de la plante entière, pour les maladies pulmonaires. On l'utilisait également en cas de rhumatismes, et ses feuilles et fleurs étaient utilisées comme fébrifuges, mais son usage prolongé est déconseillé.

    Remarque : comme toutes les autres plantes consommées depuis longtemps (sous forme de tisanes ou mastiquées), le lierre terrestre n'est pas l'équivalent des alcaloïdes qu'on en extrait.
    Le mieux-être qu'il peut apporter globalement et sans abus, dans une tisanière, n'a rien à voir avec les effets de chacune des substances qu'il contient, éventuellement avalées en gélules ou injectées, car alors plus aucun dialogue moléculaire n'est possible avec nos papilles gustatives et notre mastication n'est plus requise alors qu'elle est une sorte de prédigestion régulatrice.
    Cf. Courrier International, n° 1065 du 31 mars au 6 avril 2011, pages 50 à 54 :
    Idées - Kultur & Gespenter, Hambourg.

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • GLECHOMA : 1


et Menu de Fleurs sauvages de l'Yonne    

                                     


Mise à jour : novembre 2019   2005 à 2019  fleursauvageyonne