Accueil, Présentation et Menu 
de Fleurs sauvages de l'Yonne

Grande ortie
Urtica dioica L., 1753
Famille des Urticaceae
Tribu des Urticeae

Clade des Eurosidées I - Ordre des Rosales
Pour en savoir plus

Pieds femelles de Grande ortie pliant sous le poids de leurs akènes  

  
Bessy-sur-Cure, 19 août 2017

  

Mâle ou femelle, les feuilles sont velues sur leurs deux faces,
mais leur face abaxiale n'a pas de longs poils urticants, seulement des petits poils souples.


   

URTICA dioica
Grande ortie

Dans l'Yonne

  • Très commune dans l'Yonne, mais également partout dans le Monde.
  • Mode de vie : Vivace
    grâce à ses rhizomes charnus dotés de racines traçantes de couleur jaune.
  • Période de floraison : Juin, juillet, août et septembre
  • Dissémination : anémochore
  • Habitat : Haies et décombres.
  • Tailles :
    50 à 150 cm, très variable selon l'habitat.
     8 à 12 mm.

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : le nom latin de l'ortie vient du verbe urere qui signifie brûler.
  • spécifique : dioïque car ses fleurs ne se trouvent pas sur la même plante lorsqu'elles sont mâles ou femelles.

     
    Fleurs mâles en boutons et une fleur épanouie montrant ses 4 étamines (le 19 août 2017).

    Les fleurs femelles ont un pistil si réduit que l'on ne voit que le stigmate en pinceau qui le surmonte.


      

Détails caractéristiques

  • En elle-même, c'est tout un écosystème.
  • Les poils de la grande ortie, répartis sur toute la plante, sont une merveille de réalisation.

Photo
© J.-M. Cavanihac

Ce poil, à gauche, est une partie d'une glande, située à sa base, qui secrète, entre autres, de l'acide formique (celui des fourmis).

La pointe en est très fragile et se brise en biseau au moindre contact pour mieux se planter dans votre peau. Le même mouvement comprime la base du poil qui se fait un plaisir de vous injecter l'acide formique !

Mais le spectacle est aussi un émerveillement en lumière polarisée. Le détail, ci-dessous, montre l'extrémité d'un poil intact ou l'on voit très bien le canal interne.


Photo © J.-M. Cavanihac

Ces poils d'Urtica dioica sont donc siliceux à leur extrêmité qui se brise facilement, mais calcifiés sur leur longueur qui peut être comparée à l'aiguille d'une seringue. Ils sont tous très urticants dès la brisure de leur extrêmité.

Mais le dessous de ses feuilles n'a que des poils souples NON urticants.

  • Les fruits de ses pieds femelles sont des akènes comestibles entourés des deux plus grands tépales persistants (sur les quatre initiaux) et de 4 folioles.


    Grappe d'akènes (le 19 août 2017)

  • C'est une plante comestible qui de tout temps a eu de nombreux usages et qui a des vertus médicinales : ses parties aériennes soulagent bien des maux (dont l'urticaire) et ses racines réduisent les manifestations de l'hypertrophie bénigne de la prostate.

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • URTICA : 2.


Fleurs mâles vues de très près - 29 mai 2019

 Accueil, Présentation et Menu 
de Fleurs sauvages de l'Yonne

   
 
                                        


Mise à jour : janvier 2020   2005 à 2020  fleursauvageyonne