Poaceae
(R.Br.) Barnh., 1895
ou Gramineae (nomen conservandum)
Juss., 1789

Une famille botanique importante

classée par ordre alphabétique | ou par sous-familles (et leurs tribus)
______________



La famille des Poaceae est importante en raison de son très grand nombre d'espèces réparties dans de nombreux genres.
Le genre Poa, par exemple, regroupe à lui seul 800 espèces de par le Monde, mais seulement 8 dans l'Yonne (abstraction faite des sous-espèces et variétés).

C'est une famille de nombreuses plantes cultivées, parmi lesquellles

  • des céréales comme :
    épeautre, orge, avoine, riz, millet, sorgho... (dans l'Yonne Sorgho fourrager en culture dérobée)

     
    Sorgho fourrager (Sorghum sp.) cultivé dans le sud de l'Yonne.
    Très rarement, on pourrait trouver Sorghum halepense (L.) Pers., 1805, le sorgho d'Alep, qui ne ressemble pas à l'espèce cultivée.


  • du blé
    aux fleurs pratiquement toujours cléistogames (c'est-à-dire s'autopollinisant) car c'est avant l'ouverture des glumelles que leurs trois étamines (mâles), dont le filet ne s'est pas encore assez allongé, libèrent de leurs anthères le pollen d'une durée de vie brève qui ne pourra, sauf très rares exceptions, se déposer sur d'autres stigmates plumeux (femelles) que les deux enfermés dans les mêmes glumelles que lui


    Bien entendu les fleurs des Poacées sauvages ancêtres du blé sont légèrement différentes de même que le rachis (ou axe) de leurs épis.
    La figure ci-dessus ne montre pas les lodicules.

Pour ceux qui s'intéressent à l'histoire de la botanique, il ne faut pas oublier que le mot blé n'avait pas le sens que nous lui donnons aujourd'hui car pouvaient être blés des plantes aussi diverses que
- l'orge et l'avoine que l'on qualifiait de petits blés
- le maïs que l'on disait blé d'Espagne, blé d'Inde ou blé de Turquie
- le sorgho qui portait le nom de blé de Guinée
- le sarrasin (qui n'est pas une graminée) et qui portait souvent le nom de blé noir, blé rouge ou blé de Barbarie et considéré actuellement comme une pseudo-céréale.

  • du maïs
    une céréale monoïque, avec ses fleurs mâles et femelles sur le même pied
  • de la canne à sucre
  • du bambou (seule graminée pouvant être arborescente et donc ligneuse)
et de la plupart
  • des plantes utilisées pour les fourrages
  • des gazons
  • de nombreuses plantes dites "mauvaises herbes" dans les cultures
  • et, comme le remarquait déjà Pline l'Ancien, d'un grand nombre de plantes fournissant des boissons.


Les Poaceae sont, pour environ 20 à 30 % d'entre elles, endophytées, c'est-à-dire que, sans provoquer aucun symptôme détectable, des champignons, dits endophytes, accomplissent tout ou partie de leur cycle de vie à l'intérieur des graminées concernées. Une des plus connues d'entre elles étant Schedonorus arundinaceus (Schreb.) Dumort., 1824, la fétuque roseau, bien présente dans l'Yonne et antérieurement connue sous le nom de Festuca arundinacea.

Elles ont par ailleurs :

  • Des tiges qui présentent sur leur partie la plus proche du sol des adaptations avec des racines fasciculées à chaque noeud et nommées :

    - rhizomes
    Cf. Phragmites australis ou Holcus mollis

    - stolons
    Cf. Poa trivialis

    - chaumes (toujours arrondis et généralement creux, donc dits fistuleux, sauf au niveau des nœuds)
    Cf. Dactylis glomerata ou les bambous.

    Chaque espèce de Poaceae présente d'ailleurs généralement 1 ou 2 types de tiges parmi les 3 types ci-dessus mentionnés. Ces tiges sont creuses, ce qui leur permet de ne pas se rompre.

    Sans oublier les talles (du grec ancien θαλλος (tallos) qui signifiait jeune pousse ou jeune branche), des pousses végétatives qui permettent à certaines d'entre les Poacées d'être très cespiteuses.
    Les feuilles des talles se nomment des innovations.

  • Elles ont des feuilles linéaires constituées d'une gaine, d'un limbe étroit et habituellement d'une ligule située à la jonction de la gaine et du limbe. Cette ligule peut être de forme et d'aspect variables : membraneuse, velue ou remplacée par des poils, allongée ou courte, oblongue ou tronquée, denticulée, lacérée, pointue ou arrondie, ovale et même absente.

  • Leurs fleurs, sont presque invisibles et généralement peu colorées et sans odeurs car elles n'ont pas à attirer les insectes pollinisateurs puisque c'est le vent qui dissémine la très grande quantité de pollen qu'elles produisent.
    Leur mode de fécondation par pollinisation anémophile est donc incertain et aléatoire.

    Elles peuvent être hermaphrodites ou soit mâles, soit femelles.
    Compter leurs étamines présente un intérêt pour la détermination.
    A la base de leurs ovaires se trouvent deux glumellules et elles sont enveloppées par 2 bractées que l'on nomme glumelles, l'inférieure étant la lemme (présentant généralement une arête (lemme aristée) dont les formes et la position sont variables et utiles à la détermination) et la supérieure la paléole, ainsi que des lodicules, petites bourses délicates qui se gonflent comme des ballons pour écarter la lemme et la paléole au moment de l'anthèse et qui peuvent présenter un intérêt pour la détermination.
  • L'épillet est leur unité morphologique de base.
    Il peut être sessile ou pédonculé et est formé d'un axe que l'on nomme rachis et d'une ou plusieurs fleurs comprises entre 2 bractées ressemblant fort aux glumelles, les glumes.

    Découvrez la morphologie des épillets.

    Les épillets sont regroupés de diverses façons :
    • en épis souvent compacts, disposés le long de la tige ou insérés à son sommet, ou
    • en panicule, pouvant être une panicule spiciforme.





  • Leurs fruits dont l'enveloppe est soudée à la graine sont des caryopses, plus communément appelés grains. On peut dire qu'ils sont à la fois fruit et graine.

Poacées et Graminées sont deux mots presque synonymes.
  • Graminées est un nom ancien, qui remonte probablement au Moyen Âge, et qui a été explicitement utilisé comme famille botanique par Antoine-Laurent de Jussieu au XVIIIe siècle, mais c'était une famille qui incluait également d'autres monocotylédones, les Cyperaceae et les Juncaceae, raison pour laquelle ce nomen conservandum est désormais devenu désuet.

  • Poacées, initialement une tribu de la famille des Graminées

    établie par Robert Brown en 1814 dans ses General remarks, geographical and systematical, on the Botany of Terra Australis (Cf. page 580 à 583), un appendice de l'ouvrage de Matthew Flinders : A Voyage to Terra Australis.
    Ce nom a été retenu en 1895, à une époque qui exigeait qu'un nom de famille soit composé d'un nom de genre de cette famille suivi du suffixe -aceae.

  • Le nom de famille "Gramineae" a été réhabilité lors du congrès international de botanique de Stockholm de 1950 (article 18.5 de l'ICBN ou Code de Saint Louis). Après celui de Vienne, c'est le Code de Melbourne de 2012 qui a été d'actualité avec pour titre International Code of Nomenclature for algae, fungi, and plants (ICN)... Après le XIXe Congrès international de Botanique qui s'est tenu à Shenzhen en Chine du 17 au 21 juillet 2017, le code de nomenclature actuel est donc le CODE DE SHENZHEN 2018.

    Et en ce qui concerne les graminées soumises à l'ordre des Poales, celui des monocotylédones hypogynes avec une inflorescence typique appelée épillet, utiliser le terme devenu international de "Poaceae" semble désormais une évidence, malgré les vieilles habitudes, puisque les sous-familles, les tribus, etc... s'inspirent du nom du type de la famille qui est Poa.

    Cf. Article 19.4, Ex. 3 de l'ICN qui dit : The type of the family name Gramineae Juss. (nom. alt.: Poaceae Barnhart, see Art. 18.5) is Poa L. and hence the subfamily, tribe, and subtribe assigned to Gramineae that include Poa are to be called Pooideae Asch., Poeae R. Br., and Poinae Dumort., respectively.
Pour en savoir plus
- sur leur anatomie florale
- sur la forme de leurs tiges et sur leurs préfoliaisons
- sur l'intérêt de leur connaissance (associée à celle de la tribu des Trifolieae des Fabaceae) pour les paléo- et archéobotanistes en herbe qui veulent s'initier à la taphonomie et à la carpologie.
- Botarela




Mise à jour : juillet 2020   2005 à 2020  fleursauvageyonne