et Menu de Fleurs sauvages de l'Yonne    

Jonc des chaisiers, jonc des tonneliers
Schoenoplectus lacustris (L.) Palla, 1888
Famille des Cyperaceae
sous-famille des Cyperoideae, tribu des Scirpeae

Monocotylédones - Clade des Commélinidées - Ordre des Poales
Pour en savoir plus

SCHOENOPLECTUS lacustris (L.) Palla
Jonc des chaisiers, jonc des tonneliers

Dans l'Yonne

  • Plante aquatique ssez commune.
  • Cycle de vie : vivace par ses rhizomes
  • Période de floraison : Juin-Juillet-Août-Septembre
  • Habitat : Bords des étangs et rivières.
  • Tailles : 1 à 2,50 m
     Inflorescence (anthèle) de 5 à 10 fleurs.
    Tépales de 2 à 2,5 mm.

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : du grec σχοϊνος (schoïnos), corde, et du verbe πλέκω (plékô), entrelacer, une allusion à l'utilisation de ses chaumes.
  • spécifique : adjectif latin de Linné (Linnaeus) alors qu'en latin classique on aurait dit lacuster (vivant dans les étangs).

  • Ses noms français indiquent ses usages tant dans la fabrication des chaises qu'anciennement dans celle des tonneaux lorsqu'ils étaient faits à la main car, les jointures n'étant pas parfaites, les tiges de cette plante (qui n'est pas un jonc magré ses tiges cylindriques car elles ne sont pas pleines) servaient à constituer des joints étanches entre les douves et les fonds.

Synonymie récente

  • Scirpus lacustris L., 1753

Détails caractéristiques

  • Son rhizome est monopodial.
  • Sa tige est solitaire, à feuilles basales réduites et glabres,
    pouvant mesurer plus de 2 m



    une tige spongieuse cylindrique (ce qui est rare chez les Cyperaceae) et compatimentée

     

  • Ses inflorescences en anthèles ovoïdes de couleur brun-pourpre avec de minuscules fleurs ayant une bractée mais pas de tépales comme celles des joncs


    Photos © Daniel Bourget - Poilly-sur-Serein, 24-09-2017

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • SCHOENOPLECTUS : 3
    avec Schoenoplectus supinus et Schoenoplectus tabernaemontani.


En 1961, à Chablis, sur le Serein, dans ces "joncs",
on pouvait encore voir des nids de gallinules poules d'eau (Gallinula chloropus)


Désormais les gallinules sont contraintes de faire leurs nids
au milieu des racines d'aulne qui affleurent la rivière.


_______


Photo © Daniel Bourget - Poilly-sur-Serein, 24-09-2017



et Menu de Fleurs sauvages de l'Yonne    

                                     


Mise à jour : décembre 2019   2005 à 2020  fleursauvageyonne