Accueil, Présentation et Menu 
de Fleurs sauvages de l'Yonne

Rue officinale, rue fétide
Ruta graveolens L., 1753
Famille des Rutaceae

Clade des Eurosidées II - Ordre des Sapindales
Pour en savoir plus

RUTA graveolens L.
Rue officinale, rue fétide

Dans l'Yonne

  • Sous-arbrisseau très rare
  • Mode de vie : vivace
  • Période de floraison : Juin-Juillet-Août
  • Habitat : En général sur côteaux calcaires.
  • Tailles : 30 à 80 cm   ± 20 mm.

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : Ruta, nom déjà donné à cette plante par les Romains pour qui elle était un condiment malgré son amertume. Pline le Naturaliste avait noté les brûlures qu'elle pouvait causer aux personnes qui la récoltaient.
    Linné la décrit ainsi à la p. 383 de son Species plantarum

  • spécifique : adjectif latin qualifiant tout ce dont l'odeur est forte, formé de gravis,-e, lourd, pesant, et de olens,-tis, odorant, mais aussi puant.

Détails caractéristiques

  • Son odeur peu agréable. Plus simplement dit : elle pue.
  • La couleur bleutée de ses feuilles qui présentent un aspect ponctué en raison de leurs poches à essences visibles par transparence.
  • Son nombre de sépales, de pétales, d'étamines en deux cycles et de carpelles soudés est 5, mais seulement lors de sa toute première floraison printanière (que nous n'avons pu observer). Mais, comme ci-dessus, toutes les autres fleurs qui s’épanouissent ensuite ont 4 pétales, deux cycles de 4 étamines et 4 carpelles (ce qu'avait déjà remarqué Linné comme on peut le lire ci-dessus).
  • Riche en métabolites secondaires, c'est une plante photo-sensibilisante en raison des furocoumarines localisées à la surfaces de ses feuilles et de ses tiges, et sa toxicité hépato-rénale peut être sévère lors d'usages à des doses inconsidérées, notamment en raison de ses propriétés abortives qui risquent de faire disparaître et la mère et l'enfant (une des raisons pour lesquelles sa culture aurait été interdite).
    En 1754, Pierre Bulliard, la décrit dans son ouvrage intitulé Histoire des plantes vénéneuses et suspectes de la France. Comme Pline il remarque :

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • RUTA : 1.
 Accueil, Présentation et Menu 
de Fleurs sauvages de l'Yonne

   
 
                                        


Mise à jour : janvier 2020   2005 à 2020  fleursauvageyonne