Accueil, Présentation et Menu 
de Fleurs sauvages de l'Yonne

Primevère officinale, coucou
Primula veris L., 1753
Famille des Primulaceae

Clade des Asteridées - Ordre des Ericales
Pour en savoir plus

PRIMULA veris L.
Primevère officinale, coucou

Dans l'Yonne

  • Assez commune
  • Mode de vie : vivace
  • Période de floraison : Mars-Avril-Mai


Talus, Voie Romaine à Touchebœuf, 1er avril 2019.

  • Habitat : Prairies, talus, haies.
  • Tailles : 10 à 30 cm   10 à 12 mm

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : diminutif du latin primus,-a,-um, premier. Car c'est une des premières petites fleurs du Printemps.
  • spécifique : veris, printannier.

Détails caractéristiques

  • Ses feuilles gaufrées sont sessiles mais tellement rétrécies à leur base qu'elles donnent l'impression d'avoir un pétiole.
  • Son hétérostylie que Charles Darwin avait étudiée en 1877 dans
    The different forms of flowers on plants of the same species


    ouvrage traduit en français par E. Heckel en 1878 avec comme titre :
    Des différentes formes de fleurs dans les plantes de la même espèce.

  • Une distylie que nous avons retrouvée en 2008 :

      

    Ci-dessus, à gauche, le style est long et le stigmate se trouve au sommet du tube de la corolle, les étamines étant situées plus bas : la fleur est dite longistylée. Tandis qu'à droite, le style est court, le stigmate se trouve vers la moitié du tube de la corolle et les étamines sont situées plus haut : la fleur est dite brévistylée. Les insectes qui visiteront successivement ces deux types de fleurs vont servir d'auxiliaires à une pollinisation dite croisée des Primevères, un phénomène connu de Marcel Proust (1871-1922), cet allergique au moindre grain de pollen, qui le mentionne dans Sodome et Gomorrhe, son quatrième volet d’À la recherche du temps perdu :

  • Et une troisième forme, avec un style et des étamines de longueur intermédiaire, peut se croiser avec les précédentes, mais jamais avec elle-même. On peut donc parler de tristylie, comme le fait remarquer P.H. Gouyon et même d'un troisième sexe.



Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • PRIMULA : 3 + 1 subsp.
    + 2 hybrides dont : Primula x anglica Pax, 1889
    la primevère d'Angleterre






Pour en savoir plus :
- sur l'hétérostylie florale
- sur les usages médicinaux de P. veris au début du XIXe siècle.

 Accueil, Présentation et Menu 
de Fleurs sauvages de l'Yonne

   
 
                                        


Mise à jour : décembre 2019   2005 à 2020  fleursauvageyonne