Accueil, Présentation et Menu 
de Fleurs sauvages de l'Yonne

Faux baguenaudier, coronille des jardins,
coronille faux séné
Hippocrepis emerus (L.) Lassen, 1989
Famille des Fabaceae (Papilionaceae),
sous-famille des Faboideae, tribu des Loteae

Clade des Eurosidées I - Ordre des Fabales
--- Espèce protégée en Région Bourgogne ---


Pour en savoir plus


Photo AIB © Marc Douchin

HIPPOCREPIS emerus (L.) Lassen
Faux baguenaudier, coronille des jardins, coronille faux séné

Dans l'Yonne

  • Très rare
  • Mode de vie : vivace
  • Période de floraison : Mai-Juin-Juillet
  • Habitat : Rochers et pelouses calcaires
  • Tailles : 50 à 200 cm   ± 15 à 20 mm par 2 à 4.

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : du grec ancien ιππός (hippos), cheval, et du latin linnéen crepis, chaussure, en raison de la forme des gousses de certaines plantes de ce genre évoquant une série de fers à cheval (les Grecs anciens ne connaissaient pas la ferrure et utilisaient une pièce de cuir lacée pour protéger les pieds de leurs chevaux si nécessaire. Les Romains avaient mis au point une hipposandale qui n'était pas le fer à cheval que nous connaissons).

    Mais c'est pour des raisons chimiques et aromatiques et non en raison de la forme de ses gousses que Lassen a modifié la classification linnéenne. Les gousses articulées d'Hippocrepis emerus, longues et fines, ne présentent pas le caractère propre à Hippocrepis comosa et Bauhin et Linné l'avaient d'ailleurs classé différemment :

  • spécifique : emerus, latinisation d'un nom italien ancien d’une vesce dite emero (piccolo frutice con rami resistenti, flessibili, e fiori gialli, diffuso nei boschi di latifoglie dell’Europa mediterranea e dell’Asia Minore) dont l'étymologie est incertaine.
  • Détails caractéristiques

    • Ses feuilles ont deux à quatre paires de folioles ovales.
    • Ses fleurs sont portées, par deux à quatre, par des pédoncules qui ont sensiblement la même longueur que leurs feuilles.
    • Leurs pétales sont comme pédonculés.
    • Contrairement aux coronilles, cette plante ne synthétise pas les composés coumariniques que sont, entre autres, l'ombelliférone, le scopolétol, le psoralène.

    Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

    • HIPPOCREPIS : 2.


     Accueil, Présentation et Menu 
    de Fleurs sauvages de l'Yonne

                                         


    Mise à jour : décembre 2019   2005 à 2020  fleursauvageyonne