Accueil, Présentation et Menu 
de Fleurs sauvages de l'Yonne

Chélidoine grande éclaire, herbe aux verrues,
herbe aux boucs
Chelidonium majus L., 1753
Famille des Papaveraceae

Clade des Eudicotylédones - Dicotylédones vraies
Ordre des Ranunculales
Pour en savoir plus



 


CHELIDONIUM majus L.
Chélidoine grande éclaire, herbe aux verrues, herbe aux boucs

Dans l'Yonne

  • Très commune
  • Mode de vie : vivace
  • Dissémination : myrmécochore ou anthropocore
  • Période de floraison : Avril-Mai-Juin-Juillet-Août-Septembre
  • Habitat : Décombres, vieux murs et, à l'ombre, sols riches en azote.
  • Tailles : 20 à 40 cm   ± 10 mm

Origine supposée des noms
Leur signification n'est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : du grec χελιδόν (chelidôn), hirondelle (fleurit toute la saison des hirondelles).
  • spécifique : Linné voulait sans doute la distinguer par sa taille des trois autres Chelidonium qu'ils avaient nommés et qui ont depuis lors changé de noms : C. corniculatum devenu Glaucium corniculatum, C. glaucium désormais nommé Glaucium flavum et Chelidonium hybridum renommé Roemeria hybrida.

Détails caractéristiques

  • Son latex jaune qui contient
    - des protéases qui lui permettent d’être un remède contre les verrues, riches en cette protéine qu'est la kératine, et
    - comme toutes les autres parties de la plante, des alcaloïdes vénéneux mauvais pour le foie.
  • Son odeur particulière.
  • Ses feuilles décrite par Eugène Viollet-le-Duc sont profondément pinnatifides, à folioles ovales, à dents et lobes arrondis ; leur faisceau fibreux est accusé, épais ; les stipules latérales développées.. L'architecte donne plus de détails que les botanistes d'antan comme Linné nous le montre à la page 505 de son Species plantarum



  • Ses fruits sont des capsules bivalves allongées de ± 3 cm de long, contenant de petites graines. Leur déhiscence est longitudinale, les deux valves s'ouvrent de bas en haut et tombent, ne laissant que le cadre placentaire qui, rapidement, se déforme.




    Lucy-sur-Cure, 16 juin 2019

  • Le tégument des graines est ornementé d'un élaïosome blanc attirant les fourmis qui assurent leur dispersion, une dispersion que les naturalistes nomment myrmécochorie.
  • Ici, vous pourrez voir le stockage des grains d'amidon dans sa racine et une coupe latérale de sa tige.

Nombre d'espèces icaunaises dans le genre

  • CHELIDONIUM : 1
 Accueil, Présentation et Menu 
de Fleurs sauvages de l'Yonne

   
 
                                        


Mise à jour : décembre 2019   2005 à 2020  fleursauvageyonne