Accueil
et nouvelles éventuelles



Dans les forêts paisibles de l'Yonne ou dans les jardins apparaissent parfois sur les chênes pédonculés de petites galles rondes comme celle-ci, posée sur une feuille pour donner une idée de sa taille car ce n'est pas là qu'elle s'était développée.


St-Georges-sur-Baulche, 6 août 2019

Elles sont dues à un hyménoptère de la famille des Cynipidae que l'on nomme souvent cynips (un mot bizarre, forgé par Linné dans la 10e édition de son Systema naturae publiée en 1758 pour nommer tous les insectes qui formaient des galles qu'il connaissait, notamment son Cynips quercusfolii) mais qui est ici un

Andricus kollari (Hartig, 1843)

-------

Vous débutez en botanique ?

est fait pour vous.

FLSVY, plus brièvement écrit, se présente sous la forme de ce qui se nommait autrefois, à l'époque où le latin tenait le rôle actuel de la langue anglaise, Spicilegium botanicum ou Miscellanea botanica, une cueillette de ci de là, un glanage ou un grappillage de quelques découvertes botaniques que nous partageons avec plaisir... si cela vous intéresse.


Stachys recta - Saint-Moré, 23 septembre 2010

https://fleursauvageyonne.github.io/

Né, au début des années 2000 (avant l'apparition de la "botanique connectée"), de l'idée d'un botaniste AMATEUR passionné, cet herbier numérique (Fleurs sauvages de l'Yonne dont le petit nom est désormais FLSVY) vous accueillait ainsi... mais les modes numériques changent vite pour les infographistes amateurs, et tablettes et smartphones ont des exigences que n'avaient pas les bons vieux ordinateurs évoquant le "Web d'antan" !

Heureusement, Darwin nous le rappelle dans L'origine des espèces :
[...] l’existence persistante des organismes inférieurs n’offre aucune difficulté ; en effet, la sélection naturelle, ou la persistance du plus apte, ne comporte pas nécessairement un développement progressif, elle s’empare seulement des variations qui se présentent et qui sont utiles à chaque individu dans les rapports complexes de son existence. Et, pourrait-on dire, quel avantage y aurait-il, autant que nous pouvons en juger, pour un animalcule infusoire, pour un ver intestinal, ou même pour un ver de terre, à acquérir une organisation supérieure ? (page 147)

_______

Notre herbier devrait se nommer plus justement :

Fleurs et végétaux sauvages de l'Yonne
bien que les arbres n'y soient plus vraiment sauvages depuis des siècles,
et encore moins à l'ère de la génomique,
contrairement aux nuages qui intéressèrent Lamarck
qui en tenta une première classification en 1802
en leur en trouvant cinq formes, puis six, puis douze,
pour en revenir finalement à dix en 1810.


Touchebœuf, Voie romaine, 1er avril 2019

Avant Lamarck un botaniste - qui, en France, fut l’un des premiers à introduire la méthode de Linné - s'était lui aussi intéressé aux nuages, mais aux nuages d'orage. Il se nommait Thomas-François Dalibard (1709-1778).
En 1752, à Marly-la-Ville, il avait observé des étincelles entre une tige isolée du sol et pointée vers un nuage d’orage, d’une part, et une pointe reliée à la terre, d’autre part. Cette expérience, dont l’idée était due à Benjamin Franklin (1706-1790), avait confirmé que la foudre est un phénomène électrique.


Lucy-sur-Cure, 3 avril 2019


Bessy-sur-Cure, 29 avril 2019


En Forterre, 4 août 2019

Initialement FLSVY n'avait pas d'autre but que celui de permettre de donner un nom, un nom latin mais également français aux fleurs et autres végétaux (notamment sans fleurs) qui peuvent croiser votre chemin dans le département de l'Yonne (en Bourgogne / Franche-Comté) et parfois ailleurs, mais en dehors des parcs car la botanique horticole est un vaste domaine différent de celui que nous aborderons ici.

Mais il est certain qu'en 2019 avec un smartphone
Pl@nteNet permet de trouver le nom d'une plante aisément.
Soyez cependant les bienvenu(e)s dans l'Yonne
pour de belles balades florales.

-------

Les plantes nous déconcertent souvent en raison de leur polymorphie, de leur maturité, des hybrides... Elles apparaissent ici et disparaissent là, ou bien existent un temps et disparaissent, pour des raisons qui peuvent être humaines (souvent) ou climatiques. Et puis, il faut bien le dire, avoir le temps d'être très souvent sur le terrain afin de les reconnaître dans toutes leurs étapes est une possibilité qui nous a souvent manqué et qui nous manque toujours le plus.

La Botanique est un domaine difficile. Il est parfois ardu d'y démêler le vrai du faux quand on est amateur, d'autant plus que ce domaine ne nomme désormais Biologie végétale et qu'il étudie les végétaux au niveau de leurs molécules, leurs gènes, leurs cellules, leurs organismes et jusqu’à leurs espèces et communautés d'espèces dans leurs écosystèmes.

Si vous constatez des erreurs,
ne serait-ce qu'un lien url invalide,
(ou un écran noir à la place d'une image, par exemple),
une erreur de détermination,
ou si quelque chose vous étonne,
n'hésitez pas à nous écrire
pour que nous modifiions nos pages rapidement,
afin de ne pas transmettre des fake news (infoxes) botaniques
à ceux qui considèrent que
progresser dans la connaissance des végétaux est leur but.

D'avance MERCI.



MODE D'EMPLOI ►




Mise à jour : août 2019    2005 à 2019  fleursauvageyonne